Escapade #1 : Virée girondine

La semaine dernière, je suis partie en Gironde en famille, une occasion pour moi de retrouver des lieux de mon enfance, des paysages que j’aime, et de connaître un peu mieux cette belle région. Voici donc quelques fragments de mes aventures !

J’avais depuis longtemps envie de visiter Bordeaux et de connaître mieux l’histoire de cette ville, et c’est maintenant chose faite. Nous avons parcouru la ville à pied, puis pris un bus qui proposait une visite guidée, une initiative de l’office de tourisme.

Nous sommes partis du quartier St-Michel, qui est en travaux en ce moment. Bordeaux évolue beaucoup depuis quelques années, et ce n’est pas plus mal : la ville est plus propre, plus belle, plus agréable pour les touristes en tous cas ! Nous avons vu la Grande Cloche, une grande porte au centre de laquelle se trouve une cloche qui sonnait autrefois le tocsin, et qui est le témoin de l’évolution de Bordeaux, de la domination anglaise à l’actuelle effervescence du quartier. Nous sommes rentrés dans l’église Saint-Eloi, puis nous avons sillonné les rues en direction de la flèche Saint-Michel. A Bordeaux, les clochers sont la plupart du temps en dehors des églises, à cause du terrain marécageux sur lequel a été construite la ville, ce qui a pour mérite de ne pas déséquilibrer les édifices, d’avoir permis aux architectes de s’éclater, et d’attirer la foudre autre part que sur les églises. Le cours d’histoire est terminé. On ne pouvait pas visiter la flèche à l’heure où nous sommes passés, mais ce que j’ai vu de l’extérieur m’a suffit (je ne suis pas trop attirée par les hauteurs ni par les momies se trouvant autrefois dans la crypte de ce clocher). Le ciel était d’un bleu franc à ce moment-là de la journée, et la hauteur spectaculaire de la flèche m’a impressionnée et donné le tournis ! L’intérieur de la basilique Saint-Michel est aussi très frappant, mais presque dérangeant. Les vitraux très fragmentés qui datent de l’après guerre, les tableaux représentant des supplices, la noirceur des murs et l’histoire de ce bâtiment gothique m’ont beaucoup marquée, et je ne qualifierais pas ce lieu d’agréable (loin de là !), même s’il est très intéressant et la chapelle Saint-Joseph très belle.

Grande Cloche de Bordeaux Flèche St-Michel, BordeauxA gauche, la Grande Cloche, et à droite, la flèche St-Michel

En quittant la basilique, nous nous sommes dirigés vers la place de la Victoire en passant devant l’Académie des Sciences, et nous avons déjeuné devant le centre Jean Moulin, en face de la cathédrale Saint-André. Nous avons ensuite fait un tour dans la cour du palais Rohan, où siège la mairie, et flâné un peu dans les jardins de la mairie qui abritent le musée des Beaux-Arts, de l’autre côté du bâtiment.

Jardins de la Mairie de BordeauxLes jardins de la mairie, le palais Rohan, et, derrière, la flèche de la cathédrale St-André

La visite proposée par l’office de tourisme démarrant à 15 h 30, nous avons longé la place Gambetta, puis descendu le Cours de l’Intendance, une grande rue où se trouvent de nombreuses boutiques huppées telles que Guess, Diesel, Baccarat, Le Tanneur, Repetto, Massimo Dutti, de nombreux magasins de vêtements, mais aussi des banques et des agences immobilières. J’ai eu un gros temps d’arrêt devant la boutique Repetto, le tutu en vitrine, les lustres, l’atmosphère du magasin me rappellent des souvenirs et m’attirent beaucoup. Pour ne rien gâcher, cette rue est accessible par tramway, et reste très agréable pour les piétons, donc même si elle n’a rien d’extraooooordinairement historique, elle m’a quand même bien plu !

Cours de l'Intendance, Bordeaux

Au bout de la rue, nous sommes arrivés devant le Grand Théâtre, un immense bâtiment dont les colonnes évoquent l’Antiquité, élégant et très bien restauré ! J’adore ce type de bâtiment, allez savoir pourquoi, ça doit être mon côté littéraire-qui-a-mangé-des-mythes-de-l’Antiquité-toute-l’année qui ressort ! Seul hic, la place était bondée (au sortir de la rue Ste-Catherine et devant le Grand Hôtel, rien d’étonnant à ça, me diront les Bordelais) et pour prendre une photo sans trop de gens reconnaissables dessus, c’est un peu la galère, donc soyez indulgents, j’ai photographié le bâtiment depuis le bus (blogueuse en carton bonjouuur !).

Grand Théâtre, BordeauxGrand Théâtre, Bordeaux

Arrivés devant l’office de tourisme, nous avons pris le bus Visiotour, qui propose une visite guidée à travers la ville. On branche ses écouteurs (il vaut mieux amener les siens, ceux offerts par l’office de tourisme ont une durée de vie assez… courte), sélectionne sa langue, et c’est parti ! Personnellement je préfère le contact qu’on a avec un guide, mais l’avantage c’est que des personnes de dix nationalités différentes peuvent visiter la ville en même temps, donc c’est une méthode assez ingénieuse. Nous avons longé la place des Quinconces, les quais, traversé le pont de pierre et visité la ville, du quartier Mériadeck à l’entrepôt Lainé ou à l’hôtel de ville. J’ai beaucoup aimé cette visite, qui permet d’avoir une vue d’ensemble de la ville et d’apprendre des choses intéressantes en même temps. C’était vraiment un bon moment !

Place de la Bourse, BordeauxPont de Pierre, BordeauxBordeaux

Une fois la visite terminée, nous nous sommes promenés sur les quais, et avons observé pendant plusieurs minutes le Miroir d’eau, qui était en train de passer de la version « eau » au brouillard. Il ne faisait pas très beau ce jour-là, mais les enfants s’amusaient beaucoup, et c’était une atmosphère à la fois apaisante et joyeuse, à mes yeux en tous cas !

Miroir d'eau, Bordeaux Miroir d'eau, Bordeaux

Pour finir, nous sommes passés devant la fontaine des Trois Grâces et nous avons remonté la rue Dieu, où flottent de bonnes odeurs de cuisine thaï, japonaise et indienne. Elle est située près de la rue Ste-Catherine, une rue piétonne bordée de commerces. Le contraste entre cette rue sombre, peu restaurée, et la rue Ste-Catherine qui respire l’argent et la société de consommation est un peu frappant. Ok, vous allez dire que je fais ma réac’, mais ce qui m’a fait prendre conscience du décalage, c’est ma rencontre brève avec un jeune sdf qui m’a dit alors qu’on échangeait trois mots et que je lui souhaitais une bonne journée que la vie était belle. Alors quand je suis sortie de la rue Dieu si sombre où il y avait beaucoup de gens sans toit à qui la plupart des gens ne donne pas un centime, et que j’ai débarqué dans la rue Ste-Catherine où on achète des vêtements fabriqués à l’autre bout du monde, vous comprendrez que ça m’ait fait un choc. C’est débile comme réaction, parce que je fais partie de cette société, et que ce sont des paradoxes dont j’ai conscience depuis toute petite, mais quand même, j’étais un peu déconnectée en marchant dans la rue Ste-Catherine au milieu de tous ces gens pressés aux bras chargés de sacs.

Fontaine des Trois Grâces, Bordeaux Rue Ste-Catherine, équilibristesLe lendemain matin, nous avons pris le bac qui relie Blaye à Lamarque, pour éviter une heure de voiture supplémentaire. Le bateau nous a donc permis de traverser l’estuaire de la Gironde en 20 mn, et de profiter du paysage différemment. C’était la première fois que je montais sur le bac, et j’ai vraiment adoré toutes les sensations que j’ai ressenties ! La lumière, la couleur de l’eau, le vent, les voiliers et le bateau qui drague (qui nettoie) le fond de la rivière, les changements de cap et donc de perspective, … J’avais presque envie de reprendre le bateau encore et encore sans raison !

Estuaire de la Gironde Estuaire de la GirondeNous avons ensuite déjeuné au bord de l’estuaire, dans un lieu appartenant à la commune de Cussac-Fort-Médoc où l’on peut pique-niquer. J’ai passé une demi-heure à prendre des photos de l’estuaire et des birols, les petites cabanes de pêches situées sur les berges, que je trouve très belles !

Birol (carrelet), estuaire de la GirondeAprès le déjeuner, nous avons continué la route en voiture, et nous avons aperçu les nombreux châteaux du Médoc, tous plus beaux les uns que les autres. Nous ne nous sommes pas arrêtés visiter quelques chais parce qu’on n’avait pas forcément le temps, mais si vous aimez le bon vin et le prestige des grands châteaux, je suis sûre qu’il y a de très beaux domaines qui pourraient vous plaire !

Une heure de voiture plus tard, nous sommes arrivés à Euronat, un centre naturiste situé à 8 km de Soulac, où vit une amie de la famille. Nous y avons passé trois jours, et malgré le temps pas toujours au beau fixe, nous nous sommes promenés sur la plage et baignés, et le séjour a été bien rempli ! C’est la première fois que j’allais dans un centre naturiste, et même si certains de mes amis le sont, je ne suis pas encore complètement habituée à ce mode de vie. Au début, je dois dire que je me demandais un peu ce que je faisais là (c’est surréaliste de croiser des gens nus au bureau de tabac !), mais ensuite j’ai commencé à apprécier l’ambiance du centre, même si je ne suis pas encore prête pour me promener nue sans gamberger. Le centre est bien organisé : la sécurité s’occupe de tout jour et nuit, il y a de nombreux commerces regroupés sur une place centrale, et les pavillons, de tailles et d’époques différentes, sont intégrés à la nature. Il y a plus de 300 hectares de forêt de pins sous lesquels vivent vacanciers et riverains, et on croise souvent des chevreuils et des écureuils, malgré les 12 000 personnes qu’il peut y avoir à la pleine saison !

A l’entrée du centre se trouve un haras qui organise des promenades sur la plage et des spectacles médiévaux tous les mardi soir en saison. L’arène est assez grande et le spectacle, paraît-il, très beau. On peut aussi voir des zébus, des ânes et des chèvres naines, mais ce que j’ai préféré, c’est la collection d’attelage que possède le directeur du haras. Il y a des chars de Ben Hur, des corbillards, des calèches et des véhicules d’époque marqués « Poste et Télégraphes » ! Le propriétaire du haras tourne régulièrement dans des films et est un vrai passionné. Je n’ai pas eu la chance de le rencontrer, mais j’aimerais vraiment pouvoir découvrir son travail une autre fois !

Plage EuronatPlage EuronatPlage Euronat

Enfin, nous sommes retournés dans la maison familiale, et j’ai pensé vous faire découvrir une petite ville que j’aime beaucoup située non loin de là, Bourg sur Gironde. Je suis d’accord, le dépaysement n’est pas total, mais j’aime l’atmosphère qui règne dans ce lieu, alors peut-être que si un jour vous passez par là, vous reconnaîtrez deux-trois choses !

Halle de Bourg sur Gironde

Maison mauresque, Bourg sur GirondeBourg sur GirondeVue sur l'Estuaire, Bourg sur Gironde

Voilà pour ce (très) long article, j’espère qu’il vous plaira, en tous cas ça m’a fait vraiment plaisir de partager quelques moments de ce séjour avec vous ! Promis, je retrouve très vite un rythme un peu plus régulier ! Dites-moi en commentaires combien d’articles vous aimeriez lire par semaine, sur quels thèmes, quels jours…

Je vous embrasse !

Publicités