La princesse charmante n’existe pas (dur)

Je voudrais être intelligente. Je voudrais être cultivée. Je voudrais être critique.

Je voudrais avoir du chien, et je voudrais aussi être douce.

Je voudrais plaire.

Je voudrais être belle et avoir la classe.

Je voudrais me démarquer mais être acceptée.

Tout ça tout le temps.

Briller à l’école, en famille, entre amis, auprès des inconnus, briller à la ville, briller même pour ceux que je méprise.

Être une sorte de Grace Kelly, en somme. *

Mais je n’y arriverai pas.

On m’a souvent répété que le prince charmant n’existait pas, que ce n’était pas la peine de l’attendre. Il aurait fallu aussi m’apprendre que la princesse charmante n’existe pas non plus, et que c’est aussi bien comme ça.

Un de mes principaux défauts est la recherche constante de la perfection. A force ça fait mal.

Je veux que tout ce que je fais soit bien, applaudi, et presque c’est normal que ça le soit. Pourquoi les gens s’étonnent-ils ? Je fais toujours ça.

Je veux être bien tout le temps, serviable, intelligente, douce, dans le coup, … Ça par contre ça ne fonctionne pas, et c’est ce qui me fait le plus mal.

A force de me coucher tard pour terminer des projets, de me prendre la tête parce que je ne plais pas à Henri-José et Virginie-Safia, d’être dans l’incapacité de bloguer parce que je n’assume pas mon identité, de m’entendre faire l’hypocrite alors que je déteste ça, j’ai compris un truc : JE NE SUIS PAS PARFAITE. Et toi non plus. Acceptons-le !

Je ne sais pas, c’est peut-être sociétal, une façon de toujours pousser les gens à plus, d’entretenir la culpabilité et de vouloir des petites femmes parfaites ? Ou alors c’est humain, on va dire ça, ce sera plus simple. Ou bien les deux.

Toujours est-il que c’est le message que je voulais faire passer aujourd’hui, et inscrire noir sur blanc pour moi aussi. Prenons soin de nous, soyons indulgents. Arrêtons d’attendre des autres et de nous-mêmes d’être tous des super héros, on n’y arrivera pas de toute manière. Apprenons à choisir quelles sont nos priorités. Je ne serai jamais une bonne fille, une bonne amie, une bonne élève, une fille intelligente, une fille-qui-sait-s’amuser, une fille mystérieuse, une bonne ménagère, une bonne employée, une bonne mère, une bonne comédienne, une bonne danseuse, une bonne blogueuse, … pour tout le monde. Mea culpa, je suis humaine.

Et toi, tu te mets aussi la pression pour être toujours meilleur(e) ? Comment ça va avec la perfection ?

* Je n’ai rien contre Grace Kelly, c’est plutôt un de mes modèles féminins, c’était juste une image mentale parlante dans la tête de beaucoup de gens. Sauf pour ceux qui ont creusé sa bio et ont compris que Grace voulait surtout vivre sa vie et poursuivre dans le cinéma, et qu’elle en a été empêchée par son rôle. Au fond on a surtout attendu d’elle qu’elle soit une princesse charmante. Alors Grace, c’est pour toi aussi, t’as raison de flipper princesse, pour les humains c’est toujours d’actualité d’être compliqués.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités